AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ☆ i can't drown my demons (leah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

† date d'inscription : 30/05/2016
† messages : 80


MessageSujet: ☆ i can't drown my demons (leah)   Ven 3 Juin - 17:40



leah briséis carlyle


when you feel my heat look into my eyes it’s where my demons hide it’s where my demons hide don’t get too close it’s dark inside it’s where my demons hide it’s where my demons hide.
› nom: carlyle, nom de parents lointains avec lesquels elle a perdu contact depuis des années. › prénom: leah-briséis, donc le second prénom est en honneur à une grande mère maternelle aimée et choyée.  › âge: trente-deux ans depuis peu. › date et lieu de naissance: elle est née un certain vingt-trois février dans la ville de seattle.  › origines: patriote de l'amérique depuis sa naissance.  › métier: devenue policière, travaillant dans la criminalité, ce qui fait d'elle inspecteur à la criminelle.  › situation civile: on pourrait dire que depuis peu, elle est en couple avec un brun aux yeux azurés, ce qui l'effraie quelque peu, peu habituée à ce genre de situation.  › célébrité: jennifer morrison.




Personnalité & Habitudes
elle est terriblement gourmande, ayant un faible pour les diverses friandises qui gorgent ce monde. elle a un petit faible pour les cakes aux pommes, surtout saupoudré de cannelle, un pur délice. ☆ le rouge est sans nul doute sa couleur fétiche au vu du nombre d'habits qu'elle possède dans cette couleur si passionnée et sanguinaire. elle possède une veste en cuir rouge qui ne la quitte jamais, un peu comme un signe porte bonheur, cadeau d'une grand-mère bien aimante pour l'un de ses anniversaires. ☆ elle est passionnée d'objets anciens depuis l'enfance, ce qui la conduite à vouloir faire des études artistiques dans sa jeunesse. ☆ elle possède une collection incroyable de divers objets anciens dans son appartement. ☆ inconsciente, elle ne mesure que rarement la portée de ses actes ce qui la met souvent dans des situations compliquées et délicates, surtout en ce qui concerne son métier. ☆ d'apparence, elle est assez froide et distante, mais ce n'est qu'une façade pour éviter un quelconque attachement au vu de blessures passées et à une confiance qu'elle n'arrive à donner. les rares personnes qui sont proches d'elle vous diront qu'elle est obstinée et optimiste, secrète, loyale ou souvent trop protectrice, frôlant souvent la possessivité. ☆ après un différent, elle n'a plus donnée de signe de vie à sa mère et a perdu le contact avec elle, quant à son père, elle ne l'a jamais connue. sa seule famille à présent est sa grand-mère maternelle à laquelle elle va souvent rendre visite pour prendre le thé et écouter ses histoires abracadabrantes d'une jeunesse lointaine et si vivante. ☆ si son caractère est assez affirmé et enflammé, il y a une façade d'elle que peut connaisse, il s'agit d'une certaine maladresse au niveau de ses sentiments qu'elle calfeutre derrière un masque qu'elle a du mal à exprimer clairement que ce soit émotionnellement ou physiquement parlant, elle rougit par ailleurs assez facilement quand elle se sent prise au piège et qu'elle perds le contrôle de la situation. ☆ elle a le vertige, supportant difficilement de se retrouver en hauteur, préférant garder les pieds sur terre. ☆ elle a délaissée ses études d'arts pour se consacrer au milieu criminel. elle possède un talent caché que personne ne connaît, celui de la peinture, de tableaux qu'elle s'amusait à peindre, une passion qu'elle a délaissée pour une autre. ☆ son travail est presque sa raison de vivre, elle y passe la moitié de son temps, un peu comme sa seconde maison. ☆ elle possède une vieille impala qui est son petit bijou, obtenue dans un vieux garage où elle a failli se retrouver à la casse. ayant quelques connaissances en mécanique, elle s'en occupe beaucoup. ☆ elle possède une cicatrice en bas du dos suite à une balle reçue récemment. ☆ elle a du mal à supporter l'alcool en trop grande quantité. ☆ lorsqu'elle est en colère, elle n'hésite pas à casser tout ce qu'elle trouve et est même capable de frapper la personne à l'origine de son énervement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

† date d'inscription : 30/05/2016
† messages : 80


MessageSujet: Re: ☆ i can't drown my demons (leah)   Ven 3 Juin - 17:40





Citation,Citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation, citation.

L'histoire est une galerie de tableau

Une légère musique retentissait, provenant du hall d'entrée, tirant un soupir à la vieille dame qui laissa de côté sa théière fumante pour se diriger d'un pas claudicant vers la porte d'entrée, tirant une légère grimace à cause de ce rhumatisme qui ne cessait d'étreindre son corps soumis aux affres d'une vieillesse nouvellement acquise. Sa main se posa sur la poignée, ouvrant le panneau de bois, laissant entrevoir une jeune femme aux cheveux couleur miel, tressée en une longue natte qui serpentait jusqu'au bas de son dos, sa main gracile enserrant le petit poing d'une enfant qui tenait enserré sous son bras une poupée de chiffon. La vieille dame poussa un léger soupir, se décalant légèrement pour laisser entre la jeune femme et l'enfant, un sourire apparaissant sur ses lèvres ridées lorsque ses yeux grisâtres rencontrèrent celles émeraudes de la petite fille qui délaissa la main de sa mère pour courir vers le salon, grimpant sur le canapé, faisant danser sa poupée sur ses genoux sans écouter la conversation que tenait les deux adultes à seulement quelques pas d'elle, bien trop petite pour saisir ces mots qui ne l'intéressait de toute façon, elle qui se perdait dans l'imaginaire créé par ses histoires qu'elle n'avait cessée d'entendre au fil des années. D'un geste presque las, la vieille dame désigna d'un signe de main l'une des chaises de la salle à manger, portant un dernier regard bienveillant à l'enfant avant d'aller se servir cette tasse de thé qu'elle désirait depuis quelques heures déjà, rejoignant ensuite d'un pas lent la table avant de s'asseoir face à la jeune femme, portant la tasse nacrée à ses lèvres, trempant ces dernières dans le liquide brûlant avant de la reposer sur la petite assiette. « Il faut que tu prennes tes responsabilités Enya. Leah passe plus de temps ici que chez elle et même si c'est un ange et que je ne me plains pas de l'avoir à mes côtés...Sa place est avec sa mère, en l’occurrence toi. » La blonde se pinça légèrement les lèvres, coulant un regard vers l'enfant qui faisait bouger les bras de sa poupée pour la faire applaudir, ses rires emplissant la pièce, sa grand-mère ne pouvant s'empêcher de sourire devant ce tableau touchant même si l'inquiétude vrillait son regard fatigué, posant une nouvelle fois ses yeux dans ceux de celle qui était sa fille, cette dernière poussant un long soupir légèrement agacé, ses ongles vernis d'un rouge criard tapotant contre la table en un signe d'impatience évident. « Je travaille pour nous faire vivre toutes les deux. » « Dans ce bar douteux, me laissant ta fille plusieurs journées et soirs par semaine ? Comment veux-tu qu'elle trouve un certain équilibre si elle est sans cesse trimballée de gauche à droite ? » « Je n'ai pas le choix. » laissa échapper la jeune femme d'un ton sec, ne faisant guère attention à l'enfant qui avait à présent sauté du canapé, délaissant sa poupée pour disparaître dans une autre pièce de la maison tout en chatonnant une comptine. « Enya, s'il te plaît... » « Tu sais très bien que je ne voulais pas d'enfants ! Leah était un accident. » « Tu ne l'as pas abandonnée pour autant, c'est que tu dois quand même tenir un tant soi peu à elle. » fit-elle remarquer alors que le jeune blonde laissait échapper un énième soupir, fouillant dans son sac à main pour sortir un bâton de nicotine qu'elle coinça entre ses lèvres tout en marmonnant d'un ton légèrement étouffé. « Pas par choix. » Ce fût ensuite le silence, seulement brisé par les quelques gazouillis de l'enfant provenant de la pièce d'à côté, l'odeur âcre du tabac emplissant petit à petit la salle à manger, la vieille dame finissant de boire sa tasse de thé, non sans ressentir une certaine peine face à ces quelques mots échappés de la bouche carmine de sa propre fille.

Lorsqu'elle ouvrit la porte, ce fût sans surprise que les yeux couleurs aciers rencontrèrent ceux de jades d'une fine blonde dont les lèvres rosées vinrent dessiner un sourire joyeux sur son visage poupin tandis qu'elle entrait dans la pièce aux couleurs chatoyantes, sans attendre la moindre invitation à pénétrer dans ce lieu dont elle connaissait les moindres recoins par coeur. Une lueur d'inquiétude se dessinait dans le regard de la plus âgée qui refermait la porte derrière la jeune fille qui posa son sac sur l'un des fauteuils tout en se tournant vers la vieille femme, son sourire frôlant l'insolence ne quittant ses lèvres. « Désolée de passer à l'improviste...J'avais envie de voir comment allait ma grand mère préférée. » souffla t'-elle légèrement de ce petit air malicieux qui ne trompait l'aînée qui affichait un léger sourire sur cette bouche parsemée de rides, levant sa main pour tapoter la joue de la jeune blonde qui ne bronchait devant ce geste affectueux d'une grand-mère qui savait combler ce vide maternelle permanent. « Tu t'es encore disputée avec ta mère, je me trompe ? » Le sourire de la blonde disparaissait petit à petit de sa bouche légèrement charnue, ses ivoires venant jouer avec son inférieure, signe d'un mal être évident, préférant poser son regard sur les photos vieillies disposées dans un ordre bien précis sur le manteau d'une cheminée du style renaissance, un objet qui n'avait cessé d'attirer l'oeil de la jeune fille, tout comme d'autres qui parsemaient ci et là cette maison où elle aimait se calfeutrer quand l'orage éclatait dans cet appartement qu'elle n'arrivait plus à supporter. « Ma « mère » » commença t'-elle d'un ton pincé tout en s'installant sur l'accoudoir de ce même fauteuil où elle avait déposé son sac en bandoulière, croisant ses bras contre son buste tout en relevant ses prunelles smaragdines dans le regard vieilli de cette femme qu'elle aimait tant et qui était l'une des rares personnes à bénéficier de sa confiance. « Elle ne me tient que très peu en estime et passe sa vie à me jeter avec sa franchise habituelle tout ce qu'elle pense de moi à la figure, une journée normale en somme. » Son ton était d'un calme olympien, mais une lueur écarlate brillait dans ses prunelles, associée à une colère qu'elle avait du mal à dissimuler sous ses traits graciles. La vieille femme poussa un soupir, lassée du comportement odieux de sa fille envers son propre enfant qu'elle avait délaissée la plupart de son enfance, pour ensuite se montrer dure durant l'adolescence de cette dernière. C'était devenu presque quotidien que la blonde se trouvait sur le pas de la porte de sa grand-mère, pénétrant ce lieu qui était plus synonyme de foyer pour elle, passant du temps avec la vielle femme avant de disparaître à nouveau jusqu'à la prochaine fois. « Elle t'aime ma chérie, même si elle a du mal à le montrer, elle... » « Non. » Le ton avait été cinglant, coupant court à cette discussion qu'elle ne voulait avoir sur ce « prétendu amour » d'une mère qui n'avait jamais eu aucun geste d'affection pour elle, du moins aucun dont elle ne pouvait se rappeler. « Je ne veux pas en parler grand-mère. » dit-elle d'un ton plus doux en voyant le visage attristé de la vieille dame. Comme pour couper court à la conversation, elle redressa légèrement la tête, humant l'air tout en reposant ensuite ses prunelles claires sur le visage de l'aînée. « Tu as fais des cakes aux pommes ? Je peux goûter ? »

« LEAH ! » Elle descendait rapidement les escaliers du bâtiment, sans se retourner, malgré les hurlements constants de la femme qui la poursuivait, ne cessant de l'appeler, sans obtenir aucune réponse de sa part alors que son sac à dos dont l'une des bandoulières était glissé sur l'une de ses épaules se balançait au rythme de sa démarche effrénée. Elle du cependant s'interrompre en sentant une main agrippée son épaule, des ongles s'enfonçant légèrement dans sa chair à travers son fin chandail. Elle entreprit donc de s'arrêter, se tournant vers cette mère dont le visage était déformée par la fureur, mêlée à une tristesse qui n'était que comédie. D'un geste d'épaule, la blonde se dégagea, reculant de quelques pas en arrière pour maintenir une distance raisonnable entre elle et sa génitrice. « Fous-moi la paix. Je me casse d'ici. » laissa t'-elle échapper, glace enrobant chaque lettre qu'elle prononçait tandis qu'elle se tournait de moitié, prête à s'en aller, à tourner une page de cette vie qui n'avait été qu'une vaste mascarade, pièce de théâtre dont elle avait été trop longtemps l’actrice principale. Cette voix légèrement rauque s'élevait pourtant à nouveau derrière elle, l'empêchant de fuir comme elle le désirait. « Je te rappelle que je suis ta mère ! Tu es sous ma responsabilité Leah ! » Un souffle manqué, un froncement de sourcils devant une vérité qui n'était que factice. Elle aurait presque éclatée de rire si la situation n'était pas aussi dramatique. Doucement, elle se tournait, faisant face à cette femme dont elle avait héritée quelques traits, comme cette longue chevelure blonde, fils d'ors qui tombaient de façon éparses sur ses épaules ou encore cette bouche carmine, légèrement pulpeuse. Des traits familiers qui étaient les seules choses qu'elles pouvaient avoir en commun. Une mère absente qui n'avait cessée de la dénigrer, de lui rappeler qu'elle était plus un poids qu'une bénédiction, une mère qui pourtant voyait son assurance s'envoler face à un départ qu'elle n'avait préméditée. Un fin sourire légèrement moqueur se dessinait sur les lèvres de la plus jeune, remettant correctement la fine bandoulière noirâtre sur son épaule avant de laisser échapper, non sans un certain cynisme. « Tu t'en rappelles seulement maintenant ? Pathétique. Tu es peut-être ma mère aux yeux de la loi mais ça s'arrête là. Adieu. » Sans un regard en arrière, elle finit par descendre les dernières marches de l'immeuble, poussant la porte vitrée avant de disparaître dans l'une des innombrables ruelles, sachant déjà où elle passerait la nuit, voir les prochains jours.

Le dernier vêtement vint rejoindre le sac de sport qu'elle ferma tout en contemplant la petite chambre vide, emprunt de ses longs mois d'habitation dans une maison qui était plus un foyer pour elle que son ancien. Une grand-mère chez laquelle elle avait débarquée avec comme seul bagage un sac à dos contenant quelques affaires primordiales. La vieille dame avait tenté de raisonner la plus jeune en disant que sa mère était peut-être dure, mais qu'au fond, elle devait l'aimer car elle l'avait quand même élevée, prise en charge...Des mots qui n'avaient de sens pour cette blonde qui avait toujours du se débrouiller par elle-même, ne voyant quasi jamais sa mère, sa grand-mère faisant office de seconde génitrice, lui ayant appris bien plus de choses que sa propre génitrice. C'était donc logique que ce soit chez elle qu'elle vint trouver refuge, désirant laisser derrière elle son ancienne vie pour commencer une nouvelle histoire, à l'image de ces contes que la plus vieille ne cessait de lui conter quand elle était encore dans l'âge de l'innocence. Elle couvait la pièce d'un regard nostalgique avant d'attraper les hanses de son sac, sortant de la chambre pour rejoindre le salon où l'attendait patiemment sa grand-mère, la tristesse se lisant facilement sur son visage parcheminé. « Prends bien soin de toi ma petite d'accord ? » « Grand-mère, je ne m'en vais pas au bout du monde, je vais simplement dans un appartement à quelques rues d'ici, crois-moi, tu continueras à me voir assez régulièrement. » dit-elle avec un petit sourire en ouvrant ses bras pour accueillir sa grand-mère qui la serrait fortement contre elle, la paume de sa main caressant le duvet du pull en laine couleur saumon qu'elle portait, calfeutrant son dos. « Je m'étais habituée à ta présence ma chérie. » murmura la vieille dame d'une voix chevrotante, la jeune femme se retirant doucement de l'étreinte pour la mirer avec un petit sourire mélancolique, sachant que ce n'était une décision facile, mais il était temps qu'elle vole de ses propres ailes et elle pouvait à présent louer un appartement grâce aux nombreux petits boulots qui s'étaient succédé tout en continuant des études artistiques, l'ancien ne cessant de la fasciner. Elle posa ses lèvres sur la joue vieillie de la vieille femme alors que cette dernière l'observait avec une certaine tendresse, venant tapoter la joue de la jeune femme en un geste d'affection évident, la blonde finissant par lui tourner le dos, vérifiant une dernière fois qu'elle avait le nécessaire. « Ta mère a appelée. » Elle s'immobilisait, la gorge nouée, ses entrailles se tortillant légèrement alors qu'elle relevait à présent la tête, la froideur imbibant ses traits. « Laisse moi deviner, elle t'a encore demandé de l'aider financièrement ? » Le silence de l'aînée confirmait ses propos, sa mère ayant perdu son travail, se retrouvant au chômage, elle ne cessait de demander une aide financière à celle qui était sa mère, cette dernière la lui donnant en précisant que c'était la dernière fois, ce qui n'arrivait jamais. « Je suppose qu'elle ne s'intéresse pas de savoir ce que je suis devenue ? » Un nouveau silence, ce qui ne l'étonnait. Depuis qu'elle était partie de chez elle, sa mère n'avait daignée prendre de ses nouvelles ou tenter une quelconque réconciliation ce qui montrait son égoïsme et son manque de maternité. « Tu devrais l'envoyer balader, elle n'a qu'à se débrouiller pour gagner de l'argent. » Son ton était extrêmement froid, cette glace faisant partie de ce caractère qui n'était évident. Dans un dernier soupir, elle enfila cette veste sanguine en cuir, cadeau de sa grand-mère, vêtement dont elle ne se séparait jamais, le rouge étant l'une de ses couleurs adorées. Elle attrapa son sac de sport, avant d'afficher un dernier sourire, de murmurer un dernier au revoir pour passer ensuite le pas de la porte, direction une nouvelle vie qu'elle avait hâte de commencer.

L'arme vint retrouver son fourreau alors qu'elle enfilait sa veste écarlate, sortant sa chevelure blonde de cette dernière, jetant un dernier regard au miroir avant de fermer le casier, sortant de la petite pièce pour rejoindre les couloirs d'un commissariat qu'elle avait rejoint trois ans auparavant, délaissant des études d'arts pour un domaine qui l'avait intriguée, voir envoûtée. Ainsi, elle rejoignit l'école de police malgré la crainte de sa grand-mère pour un métier risqué où elle pourrait y laisser la vie à la moindre occasion. Pourtant, elle avait rejoint ce monde, gravi les échelons pour à présent travailler dans la branche criminelle, un monde qu'elle appréciait, aimant se perdre dans la résolution d'énigmes des nombreuses enquêtes qui défilaient sur son bureau dans des dossiers cartonnés, bureau qu'elle rejoignit, s'apprêtant à s'installer sur la chaise métallique avant de sentir son téléphone vibrer dans la poche de sa veste en cuir. Ses doigts glissaient dans l'antre de cette dernière, se refermant sur le téléphone, le prénom de sa grand-mère s'affichant sur l'écran, lui faisant doucement froncer les sourcils, décrochant pour ensuite poser l'appareil contre son oreille. « Grand-mère ? Qu'est-ce qu'il y a ? » Sa voix était chevrotante, paniquée, la blonde essayant de la rassurer pour capter plus facilement ses paroles avant qu'elle ne blêmissait devant ce qu'elle annonçait...Un vol chez elle ? En plein jour ? Il n'en fallut pas plus pour qu'elle quitte le commissariat, sautant dans sa décapotable tout en fonçant vers la petite maison de ville, rejoignant une grand-mère dont l'angoisse se lisait aisément sur ses traits, la blonde la fit asseoir dans ce fauteuil légèrement cramoisi, écoutant avec attention son histoire, tout en notant les quelques faits importants sur un carnet. « Donc il t'a volé ton collier en diamant ? Il est entré dans la salle de bain et est ressorti par la fenêtre c'est ça ? » « Oui...Je n'ai pas eu le temps de voir son visage...Il était si rapide... » « Tu es sûre que c'était un homme ? » « Vu sa silhouette je...Je pense... » murmurait-elle en tamponnant le coin de ses yeux à l'aide de son mouchoir en dentelle, la jeune femme inscrivant les quelques informations avant de poser son regard désolé sur celui de celle qu'elle considérait comme sa mère. « Je te promets que je vais retrouver cet enfoiré et l'écrouer derrière les barreaux. » souffla t'-elle en se penchant vers son interlocutrice, glissant sa main sur celle ridée de cette dernière qui renifla légèrement tout en hochant la tête. Même si cela ne relevait guère de sa juridiction, elle se promit de traiter le dossier elle-même et de retrouver ce salopard. Elle ferma le carnet noirâtre tout en posant un dernier regard sur la vieille femme. « Autre chose te vient à l'esprit qui pourrait m'aider pour le trouver ? » demanda t'-elle avec douceur, la vieille dame semblant songeuse, ses prunelles s'illuminant soudainement face à un détail qui venait de la frapper. « Il sentait...Son parfum...De la vanille. » Elle haussa légèrement un sourcil devant cette information, mais la nota quand-même avant de prendre congé tout en lui assurant qu'elle le retrouverait rapidement et c'est ce qu'elle comptait faire, sans savoir dans quoi elle s'embarquait en suivant ce chemin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

☆ i can't drown my demons (leah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Demons [MàJ du 16/05 ] (cursus médical terminé)
» vente de figs chaos et demons en trop
» Nouveau LA : les demons du Chaos
» [GZDoom] Demons of Problematique II
» [2000pts] VS demons du chaos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Tales :: Présentations-